Les journées sont l’occasion de tisser des relations de travail avec d’autres qui se préoccupent du malaise dans notre civilisation et qui ont le souci de contribuer à sa lecture. Elles sont un temps fort de la vie de l’École et permettent une mise au travail en commun, au fil des
différentes interventions. De plus, chaque groupe de l’École peut partager son élaboration en lien avec le thème proposé.

L’École s’était engagée, l’année dernière, dans un travail autour de la parole et du langage, travail qui n’a pu aboutir du fait des conditions sanitaires. C’est pourquoi, cette année nous souhaitons approfondir à nouveau cette question.
Dans l’analyse, la parole révèle aussi bien ce qui constitue notre lot commun de parlêtre (soit un manque à être) que le trait qui définit chacun de nous comme radicalement singulier du fait du désir qui l’anime et vis à vis de l’objet qui le mène, que la dimension sociale qui le cause.
L’analyse révèle dans le même mouvement en quoi chacun se trouve pris dans les discours qui circulent dans le social et en constituent l’étoffe.
Il est donc pour nous important de conserver notre discipline vivante, d’en vérifier constamment les conditions de validité épistémologiques et de témoigner qu’elle reste irremplaçable pour contribuer à résister à la barbarie de notre temps et à construire les conditions de sa subversion.
Ce faisant, il est nécessaire de la dégager des idéologies dont on habille ordinairement la psychanalyse et qui tendent à la faire rentrer dans les discours communs. A cette condition, nous pourrons nous recentrer sur sa méthode, son éthique et les conditions de son tranchant.
Si les repérages freudiens et lacaniens restent inouïs et incontournables, il nous reste encore à en interroger les modalités d’expression actuelles du mal de vivre, à en dégager les traits cliniques et à nous demander si ces manifestations symptomatiques nouvelles qui témoignent d’une véritable mutation anthropologique, interrogent pour autant la validité de nos repères structuraux .

C’est pourquoi nous évoquerons de nouveau cette année les conditions éthiques d’une parole qui fait acte, lors de notre journée du :

samedi 5 juin 2021
Vous trouverez tous les renseignements complémentaires en temps utiles, sur le site Internet de l’École.